Comprendre l'histoire de Caucriauville

L’Histoire d’un grand quartier: Caucriauville

Caucriauville est le plus grand quartier du Havre, créé en 1959, situé à l’est de la ville haute.

Le quartier a été classé zone urbaine sensible (ZUS) et est composé de grands ensembles, de commerces, d’espaces verts et de pavillons.

Le toponyme « Caucriauville » est attesté au Moyen Âge sous les formes Cokeresvilla, Quoquerelvillam 1217,Cokerelvilla 1234. Ce nom est semblable à celui d’un hameau de la commune de Beaurepaire (Seine-Maritime) dénommé Caucréauville (Coqueréauville 1817),ainsi que les divers Coqueréaumont (Seine-Maritime, Saint-Georges-sur-Fontaine), Coquereaumont, etc. Nom en -ville au sens ancien de « domaine rural », précédé du nom de personne Coquerel encore fréquent en Normandie et en Picardie.

Cette partie de la ville compte 15 199 habitants (soit un dixième de la population totale du Havre).

Caucriauville en tant que première ZUP de France (Zone à Urbaniser en Priorité) commence à voir le jour en 1959. 

Sur ce promontoire à l’Est de la ville sous l’impulsion de la SHLE (Société d’Habitat à Loyer Économique), ce sont 6 000 logements qui vont être construits,avec comme volonté de créer un nouveau quartier destiné principalement aux ouvriers qualifiés travaillant sur la zone industrielle alors en plein essor.

Bien au-delà d’un plan d’Urbanisme mûrement réfléchi et encore efficace aujourd’hui,Caucriauville présente la spécificité d’avoir plus de 40 % d’espaces réservés aux équipements.Loin d’une cité dortoir où l’on ne vient que dormir, la bibliothèque, l’Atrium, les écoles, le stade d’athlétisme, les associations, les structures culturelles…font de Caucriauville une cité à part entière.

Les différents « quartiers » de Caucriauville comme le Pré Fleuri, Eugène Varlin ou encore Bruneval offrent une qualité de vie de proximité.On y retrouve des commerces de première nécessité, une place, des espaces verts, et des liaisons piétonnes qui irriguent les îlots résidentiels.

En octobre 2005, la signature d’une convention avec l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU) a permis la réhabilitation et la requalification de tous ces espaces.

Les immeubles construits il y a maintenant 50 ans ont pour bon nombre subi des modifications de leur façade : revêtements, ravalements, isolations…Il s’agit ici d’intervenir de manière globale et de réfléchir à une composition d’ensemble (couleurs, matériaux, surépaisseur…) en prenant soin de diversifier les traitements pour ne pas tomber dans l’uniformisation. On fera attention à préserver la qualité de certains immeubles dont les façades en nid d’abeille, en dalle gravillonnée présentent à elles seules une richesse.

Caucriauville, entouré par le parc de Rouelles baigné de verdure, possède de vastes espaces paysagers et piétonniers où les habitants ont tout le loisir de se promener. Véritable aubaine pour le quartier, cet urbanisme aéré pose cependant la question de la délimitation entre espaces privés et publics. Le concept de résidentialisation apparu dans les années 90 consiste à donner un caractère privé aux immeubles pour permettre une appropriation de ceux-ci par ses habitants.

Chiffres-clés

Connaître un quartier, c’est aussi recenser sa population et en mesurer les caractéristiques. Pour découvrir Caucriauville en chiffres, voici des curiosités statistiques, des renseignements démographiques et d’autres données officielles

Cliquez sur les images

Filmographie

Ici on dit Caucri

“Ils ont construit Caucriauville sur le plateau des vaches, ils ont construit Caucriauville sur le plateau du vent. Ils ont exproprié les vaches pour construire Caucriauville.”

Documentaire ici on dit Caucri de Matthieu Simon

Caucriauville est une immense ZUP, presque une ville nouvelle avec ses six milles logements construits ex-nihilo en banlieue du Havre. C’est un grand ensemble ordinaire à l’architecture standard qui pourrait se situer n’importe où en France. Mais c’est justement cette banalité singulière qui lui confère une certaine universalité. Car Cauriauville est un archétype, le symbole manifeste d’une époque de croissance. Il se contemple dans les certitudes de son temps ; Celles des trente glorieuses ou l’économie florissante et l’industrialisation massive conduisirent à des mutations urbaines, sociales et démographiques profondes.

Au travers de témoignages, de films de familles, de photographies intimes, Ici on dit “Caucri” retrace l’histoire simple de ces premiers habitants. Ils viennent des anciens baraquements de la ville sinistrée. Ils arrivent des campagnes environnantes pour travailler sur la chaîne de la R16 dans la toute nouvelle usine Renault de Sandouville. Ils sont, aussi, pour beaucoup, des rapatriés d’Algérie. Le film raconte leur quotidien dans la cité nouvelle, leurs bonheurs, leurs souffrances. Il évoque aussi les paradis perdus de leur exode et de leur exil.

1988 : Collège Guy Mocquet à Caucriauville

Rentrée en 6eme pour Fanny au collège Guy Mocquet de Caucriauville en 1988. 
Les jeunes que l’on voient dans le film, ont 32 ans aujourd’hui  » 2009″ Extrait de Citévision

1986 : une classe de l'école Louise Michel de Caucriauville part en classe de neige

1986: une classe de l’école louise Michel de Caucriauville part en classe de neige. 

Tour réservoir

Tour-Réservoir est une web-série générative, écrite et réalisée en coopération par un groupe d’habitantes et d’habitants du quartier de Caucriauville au Havre et le collectif LFKs de Marseille emmené par l’artiste Jean-Michel Bruyère. Elle dresse le portrait de femmes évoquant la vie aujourd’hui dans les grands ensembles. Ce projet que nous soutenons aux côtés du Volcan, scène nationale, implique de nombreuses locataires de la Tour Réservoir ainsi que des salariés d’EdlS.

il ÉTAIT une fois caucriauville

Bibliographie

Comme ses pieds

Résumé

  • C’est l’histoire d’un gamin de Caucriauville, un quartier du Havre, prodige du ballon et apprenti footballeur pour le club de sa ville.
  • C’est l’histoire d’un adolescent, élève joueur du Havre Athletic Club, qui devient une vedette locale et un espoir du football français.
  • C’est l’histoire d’un jeune homme qui passe son service militaire, se marie, qui d’un jeu fait son métier et découvre la loi du marché, transféré du Havre à Lyon.
  • C’est l’histoire d’un joueur devenu une valeur marchande parmi d’autres, loué à Bordeaux avant de partir au Milan AC, dont la valeur varie en fonction des matchs, des exploits et des échecs.
  • C’est l’histoire d’un salarié d’une PME sportive, qui apprend les règles du capitalisme, de la gestion d’une carrière et du vestiaire en même temps qu’il fonde une famille.
  • C’est l’histoire d’un fils de l’immigration joueur de l’équipe de France, et remplaçant pendant la finale de la Coupe du monde 2006, cinéaste titulaire.
  • C’est l’histoire d’un jeune retraité, licencié en 2007 par le PSG, qui crée le mouvement Tatane, « pour un football durable et joyeux ».
  • C’est l’histoire d’un mec qui aime les histoires et qui raconte pour la première fois la sienne dans une autobiographie inspirée et sans concessions, pour « en finir avec Vikash Dhorasoo».

Chroniques d'une cité ordinaire

Résumé

Pourquoi ce livre ? Parce que je voulais vous faire partager l’enfance qui a été la mienne dans une cité défavorisée de la banlieue du Havre (Caucriauville) et vous faire vivre ces moments forts, bons ou mauvais, qui ont rythmé ma jeunesse. Ce voyage que je vous propose est empli de larmes et de rires, de douceurs et de violences. Ce sont là des histoires de vie dans l’ombre écrasante des Hlm. Ma vie. .

Biographie de l'auteur

Diplômé en sciences humaines, Rachid Sakji a longtemps travaillé en direction des jeunes de quartier en tant qu’animateur puis via le réseau associatif mettant l’accent sur le travail scolaire et la connaissance de sa propre histoire

Raconte-moi Caucriauville

Ecrivain régional, auteur d’une vingtaine de livres, Jacques SIMON nous parlera de ce quartier neuf, où les premiers habitants s’y installèrent au début des années 60. Malgré ce passé récent, le « plateau » a des racines profondes puisque des hommes préhistoriques y ont habité, un temple gallo-romain fut construit, Jules César découvrit la mer lors de sa conquête de la Gaule, le roi Henri IV d’Angleterre assiégea Harfleur en 1415… jusqu’aux vestiges de la dernière guerre avec les blockhaus du « Mur de l’Atlantique ». En septembre 1944, Caucriauville fut laminé par les Alliés, tout comme Le Havre. Il fallut reconstruire. Ce vaste terrain vague fut choisi pour créer une cité nouvelle et permettre à une majorité de Havrais qui vivaient dans des baraquements, de bénéficier de logements confortables qui furent appréciés des premiers habitants. Ce quartier prit de l’extension en accueillant également les rapatriés d’Algérie ainsi que du personnel de l’usine Renault-Sandouville, nouvellement construite sur la Zone industrielle, et qui compta 12000 employés. Caucriauville est une ville dans la ville : la vie quotidienne y est forte grâce à ses habitants et la vie associative y est très importante.